La fin de l’ère des dinosaures

La fin de l’ère des dinosaures

Il souffle actuellement un vent de panique dans les rédactions des tabloïds de France et de Navarre. Il se murmure que le rédacteur en chef de Closer aurait été sorti de son lit à 3h du matin afin de participer à une réunion de crise. Le code DEFCON aurait été déclenché, passant toutes les lumières de leurs locaux en rouge, à la manière ce qu’il se fait dans les sous-marins. De la secrétaire au journaliste d’investigation de terrain, tout le monde est sur le pied de guerre, fébriles, pensant à leurs familles, leurs proches, leurs projets.

La raison ? On n’aura peut-être plus en Une la traditionnelle photo du mois d’août des nichons de Claire Chazal. Selon un rapport très sérieux du M.I.T de Boston, cette édition représenterait 56% des ventes totales annuelles des divers magazines d’enquêtes médiatiques Français. C’est tout un pan de notre précieuse presse qui est menacé, celle qui fait vivre les salles d’attente des médecins, des coiffeurs, et surtout celle de la sécu. Cette dernière, confrontée régulièrement à des coups de sang de ses bénéficiaires, avait réussi à endiguer la violence en proposant gratuitement ces lectures enrichissantes et apaisantes, permettant à ces derniers de supporter les 4h30 d’attente en moyenne afin de pouvoir remplir le sésame nécessaire au renouvellement de leur carte vitale.

Cet événement n’est rien d’autre que l’arbre qui cache la forêt. Presque partout, dans la quasi totalité des rédactions de presse ou de télé, il faut faire place neuve. Après tout, pourquoi cet univers serait épargné du crédo en place dans toute bonne entreprise qui se respecte ? Les vieux : dehors. Bon, elle a 58 balais notre Claire, hein ! Mais apparemment, c’est 30 de trop. En place depuis 1991, elle avait su conquérir cette si prestigieuse place qu’est celle du JT de TF1. Un style somme toute discutable, mais qui avait l’être d’être suffisamment bon et pertinent pour durer encore près de 25 ans. Mais alors, que s’est-il passé ? S’est elle mise récemment à fumer du crack entre 2 reportages, devenant une junkie de l’information ingérable ? S’envoyait-elle des mignonnettes de Gin avant les conférences de rédaction, de bon matin, tenant des propos incohérents lors de celles ci ? A vrai dire, si elle s’était effectivement comportée de la sorte, mais avec 30 ans de moins, elle serait certainement encore en place.

A la manière d’un PPDA qui avait appris son éviction par SMS lors d’un match de tennis à Roland-Garros, il faut croire que le public désire un profond changement cosmétique sur son écran. La télévision haute définition a-t-elle précipité leur chute, dès lors qu’il est désormais possible de distinguer clairement les rides et autre implants capillaires ? C’est une hypothèse envisageable, et Berkeley serait sur le coup afin de clarifier la chose. Je ne suis pas vraiment surpris par cette espèce de coup de balais général, après tout, le diktat de l’apparence est présent partout, reléguant au second plan le fond, favorisant la forme. Si ce n’était pas la vérité, Arte trusterait les toutes premières place du classement de l’Audimat. Je m’en doutais, je le savais, mais se retrouver avec le nez dans la pisse, c’est toujours un peu douloureux à encaisser, comme si secrètement on nourrissait un mince espoir de se tromper.

Jusqu’à présent, ou tout du moins il n’y a pas encore très longtemps encore, les rentrées télévisuelles habituelles de Septembre réservaient toujours leur lot de surprise, mais il s’agissait plutôt d’ajustements, de petits changements ayant pour but “d’améliorer” la ligne éditoriale d’une chaîne. Mais ces dernières années, une météorite est tombée sur les rédactions des principaux acteurs de l’image. Et, comme pour toute chute de météorites, les plus gros n’y survivent pas.

Vos commentaires

Articles associés

Les cookies nous permettent de personnaliser le contenu et les annonces, d\'offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d\'analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur l\'utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d\'analyse. En savoir plus | FERMER